La N-Acétyl-Cystéine (NAC)
Un supplément prometteur encore méconnu

Dans cet article, découvrez la NAC, un supplément prometteur encore méconnu.

Qu’est-ce que la NAC?

La NAC (n-acétyl-cystéine) est la forme de cystéine (un acide aminé soufré) prise en supplément. Le terme n-acétyl est un préfixe indiquant que la cystéine a été acétylée (liée à un groupement acétyl) afin de la rendre plus facilement absorbable au niveau digestif. On utilise ce supplément pour soutenir divers processus métaboliques comme la protection contre certaines infections virales, la santé pulmonaire et l’augmentation de notre potentiel antioxydant en cas de pathologies oxydatives. Il est encore relativement peu connu comparé à d’autres suppléments populaires, mais de plus en plus de thérapeutes holistiques l’utilisent et le recommandent pour ses impacts positifs globaux. Certain(e)s vont même jusqu’à dire que s’ils devaient conserver un seul supplément dans leur protocole, ce serait la NAC. Il y a de quoi vouloir en apprendre davantage à son sujet!

Dans l’alimentation, la cystéine se retrouve notamment dans la viande, les poissons, les œufs, les produits laitiers, le soya, le quinoa, certaines graines et noix et l’avoine. Cependant, elle doit subir une transformation (comme une liaison avec un groupement acétyl) afin de pouvoir être utilisée efficacement par notre organisme. Si ce mécanisme fait défaut, la cystéine ne sera pas utilisée adéquatement dans notre corps. Par ailleurs, le fait de prendre la NAC de manière assimilable et concentrée aura un impact bien plus précis, rapide et efficace qu’à simple dosage alimentaire réduit.

Bénéfices de la NAC

La n-acétyl-cystéine possède plusieurs bénéfices au niveau de différents systèmes. En voici un aperçu :

Système immunitaire et antioxydant :

La NAC est d’abord un allié pour booster notre production endogène de glutathion. Surnommé ``l’antioxydant-roi``, le glutathion est une molécule au fort potentiel antiradicalaire synthétisée par notre organisme à partir des acides aminés cystéine, glutamate et glycine. Il est particulièrement utile pour prévenir les dommages radicalaires, reliés à notre mode de vie moderne (stress intense, malbouffe, pollution, etc. – pour en savoir plus, lire mon article sur le foie) et pouvant se manifester en pathologies aussi variées que le cancer, les troubles cognitifs, l’inflammation chronique, etc. Il a été observé que le pool de glutathion était souvent épuisé chez les gens aux prises avec des maladies chroniques ou du stress chronique, notamment par demande trop élevée et manque de nutriments essentiels à sa fabrication (acides aminés et minéraux agissant comme cofacteurs). La NAC, étant l’un des trois acides aminés impliqués dans sa fabrication, vient donc favoriser la production de glutathion en y apportant une composante essentielle.

Par son action antioxydante, la NAC peut aider à diminuer l’inflammation chronique (souvent associée à un haut potentiel oxydatif dans l’organisme). Cela la rend utile dans une multitude de conditions, notamment les maladies auto-immunes comme la thyroïdite d’Hashimoto (la forme la plus courante d’hypothyroïdie, qui est malheureusement souvent sous-diagnostiquée).

Système cardiovasculaire :

Certaines problématiques cardiaques, comme les crises cardiaques et les AVC, sont associées à un haut niveau de stress oxydatif entraînant des dommages radicalaires au sein des tissus cardiovasculaires. La NAC, sans faire miraculeusement disparaître les impacts d’une mauvaise hygiène de vie sur la santé du cœur (cigarette, malbouffe, sédentarité, stress chronique, etc.), peut aider à prévenir les dommages oxydatifs des tissus cardiaques grâce à son rôle antioxydant. La NAC a aussi démontré des propriétés intéressantes au niveau de la circulation sanguine en augmentant la production endogène d’oxyde nitrique, un vasodilatateur naturel.

Système endocrinien : 

En soutenant notre système antioxydant, la NAC aide à protéger les ovules et les spermatozoïdes contre le stress oxydatif qui s’avère souvent une problématique chez les hommes et femmes infertiles. Certaines études suggèrent que sa prise pourrait aider en cas d’infertilité, tant chez l’homme que chez la femme. 

La NAC aurait des impacts bénéfiques potentiels sur la régulation de la glycémie. Des tests sur des souris diabétiques ont révélé une amélioration de la tolérance au glucose et de la sensibilité à l’insuline.

La NAC aurait des effets prometteurs pour les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK ou PCOS en anglais), une problématique souvent représentée par des troubles de glycémie, de l’hirsutisme (surplus de poils au visage, sur la poitrine et sur le ventre), des cycles menstruels irréguliers et de l’infertilité. L’une des causes de ce déséquilibre est souvent une hyperglycémie chronique non contrôlée qui vient débalancer le système hormonal et générer une surproduction de testostérone. En venant impacter positivement la régulation de la glycémie, la NAC vient donc améliorer la tolérance à l’insuline et certains symptômes du SOPK. Lors d’études sur des femmes, la supplémentation en NAC a démontré une réduction de l’hirsutisme, une diminution de la testostérone, une régularisation des cycles menstruels et une amélioration des paramètres liés à l’insuline et au cholestérol. 

  • Santé thyroïdienne :

L’hypothyroïdie est une pathologie malheureusement très courante à notre époque. Elle affecte davantage les femmes que les hommes, pour des raisons encore mal comprises mais probablement liées aux hormones. Il est désormais estimé qu’en Amérique du Nord, une femme sur cinq souffrira de troubles thyroïdiens au cours de sa vie. Si, au 20e siècle, cette pathologie était majoritairement attribuée à des carences en iode chez les peuples vivant loin de la mer, empêchant la glande de produire assez d’hormones (hypothyroïdie fonctionnelle), plus de 90% des cas d’hypothyroïdie modernes seraient aujourd’hui attribués à une attaque auto-immune contre la glande (thyroïdite d’Hashimoto). On peut d’ailleurs constater la présence d’anticorps dirigés contre certaines composantes de la thyroïde lors de cette pathologie. Cette forme d’hypothyroïdie se retrouve tristement sous-diagnostiquée, notamment parce qu’il est rare que les anticorps soient dosés dans une prise de sang (seule la TSH, qui n’est pas un grand indicateur thyroïdien en soit, est habituellement testée), et les femmes touchées ne reçoivent donc pas le traitement adéquat. À long terme, la thyroïdite d’Hashimoto peut mener à la destruction d’une bonne partie de la thyroïde, engendrant des séquelles permanentes.

D’un point de vue naturopathique et holistique, il est important de trouver les causes d’une hypothyroïdie afin d’adopter une approche adaptée au contexte. Par exemple, un réflexe fréquent de la médecine face à une hypothyroïdie est de prescrire de l’iode… mais il est désormais connu que si l’hypothyroïdie est en fait auto-immune, le supplément d’iode peut en fait augmenter l’attaque immunitaire contre la glande et causer une aggravation des symptômes. La thyroïdite d’Hashimoto est avant tout une problématique inflammatoire associée au stress oxydatif. C’est pourquoi la NAC, précurseure du glutathion (antioxydant-roi) est considérée de plus en plus comme un ``super-supplément`` pour les personnes atteintes de Hashimoto. En favorisant la diminution du stress oxydatif et de l’inflammation au sein de l’intestin et de la thyroïde, il a été démontré que la NAC favorisait une réduction de la TSH et des anticorps contre la thyroïde, signe d’une diminution de l’attaque contre celle-ci et d’une meilleure fonction thyroïdienne. Par ailleurs, on observe parfois une meilleure conversion de la T4 (hormone thyroïdienne inactive) en T3 (forme active) suite à la prise de NAC pendant plusieurs semaines consécutives. Le processus d’activation des hormones thyroïdiennes est régulé par le foie et peut se retrouver bloqué par mauvaise fonction hépatique ou inflammation chronique; en améliorant ces deux paramètres, la NAC vient donc améliorer la conversion en hormones actives.

Système digestif : 

On sait aujourd’hui que la perméabilité intestinale (leaky gut), où les jonctions serrées de la muqueuse intestinale se relâchent suite à des agressions, est une problématique fréquente, mais souvent passée sous silence. De nombreux facteurs modernes comme le stress chronique, la malbouffe, les pesticides et le gluten favorisent le relâchement des jonctions serrées de notre muqueuse intestinale. Le développement de cette porosité intestinale permet alors à des molécules toxiques (comme des endotoxines produites par des bactéries pathogènes) ou à des protéines mal digérées (gluten du blé, caséine des produits laitiers, etc.) de se retrouver dans le sang alors qu’elles ne devraient pas y être. À long terme, ces processus enclenchent une réaction immunitaire à la base de l’inflammation chronique. Les troubles inflammatoires chroniques (maladies auto-immunes, douleurs chroniques, troubles nerveux comme la dépression, etc.) commencent très souvent dans l’intestin, et restaurer la barrière intestinale en diminuant sa perméabilité est souvent une étape importante dans tout protocole de santé globale. La NAC a montré une action prometteuse dans la restauration de l’intégrité intestinale en générant des signaux aidant à fortifier les jonctions serrées de l’épithélium intestinal, diminuant ainsi la perméabilité de celui-ci. Ces actions pourraient contribuer à diminuer les problématiques inflammatoires à l’origine des maladies auto-immunes, des allergies et intolérances alimentaires et plus encore.

Les bactéries pathogènes, si elles réussissent à pénétrer notre organisme et à y résider assez longtemps sans être éliminées par notre système immunitaire, possèdent la capacité de former des biofilms contre nos parois tapissées de muqueuses, que ce soit dans l’intestin, le vagin ou le système respiratoire. Il en va de même pour certaines levures, comme le candida albicans, qui fait partie de notre flore normale, mais possède la capacité de devenir pathogène lorsqu’il sur-prolifère. Les biofilms sont des structures filamenteuses rappelant un peu une toile d’araignée; en adhérant aux muqueuses, ils permettent de former une couche protectrice par-dessus les bactéries, ce qui les protège contre les agressions extérieures et les rend très difficiles à éliminer par notre système immunitaire ou même par des agents antiseptiques (antibiotiques, huiles essentielles, etc.). Les biofilms constituent l’un des problèmes rencontrés par la médecine moderne avec les thérapies antibiotiques; ils favorisent en effet l’antibiorésistance des bactéries. Or, de nouvelles études ont démontré la capacité de la NAC à prévenir ainsi qu’à dégrader les biofilms, augmentant l’efficacité des antibiotiques ou autres agents antibactériens. La NAC est donc un puissant outil pour lutter contre les dysbioses intestinales, vaginales ou respiratoires, lorsque les populations de pathogènes prennent le dessus sur les bonnes bactéries et deviennent difficiles à éradiquer. Un grand nombre d’infections chroniques telles que les infections respiratoires chroniques ou récidivantes, la candidose ou les infections bactériennes chroniques (ex : H. pilori) pourraient ainsi bénéficier de la NAC. Le SIBO (Small Intestinal Bacterial Overgrowth), caractérisé par un déséquilibre bactérien de la flore du petit intestin générant gaz et ballonnements, pourrait aussi bénéficier de l’utilisation de NAC pour favoriser un retour à l’équilibre des colonies bactériennes.

Système respiratoire :

Selon des études récentes, la NAC serait favorable à la santé pulmonaire, notamment en favorisant la réduction des symptômes respiratoires associés à la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) caractérisée par une inflammation chronique des bronches entraînant une obstruction respiratoire. Il a été observé qu’une administration de 1200 à 1800 mg par jour de NAC aidait à réduire les aggravations respiratoires associées à la MPOC. Considérant qu’il s’agit d’une pathologie où le stress oxydatif et l’inflammation sont très présents au sein des bronches, il est logique de constater que des agents antioxydants et stimulateurs du glutathion puissent améliorer ce type de problème. Il en va de même pour la bronchite chronique, qui s’est vue diminuer de fréquence par l’administration de NAC. Par ailleurs, la NAC favorise l’élimination du mucus au niveau des voies respiratoires, ce qui peut aider en cas de sinusite chronique, congestion nasale, toux chronique ou asthme associé à un surplus de mucus. Cependant, comme dans le cas de la plupart des études sur la NAC, on observe un effet dépendant du dosage. Il est important de prendre des doses suffisantes et sur le long terme (un minimum de trois mois) afin de constater des bénéfices.

Système hépatique : 

La NAC, notamment par sa teneur en soufre et son action stimulante du glutathion, agit comme un intéressant support des voies hépatiques. Tel que mentionné dans mon article détaillé sur le foie, il est très important, pour une santé optimale, que les voies de détoxification de notre foie fonctionnent efficacement pour nous aider à éliminer les nombreux toxiques avec lesquels nous sommes en contact au quotidien. La NAC agit comme protectrice du foie contre les dommages radicalaires grâce à son action antioxydante, en plus de supporter ses phases d’élimination des déchets. Depuis les années 1960, la NAC est d’ailleurs reconnue comme antidote à une surdose d’acétaminophène (Tylenol) dont l’action est hépatotoxique.

Qui bénéficierait de la NAC?

Comme vous l’aurez compris dans cet article, nombreux sont ceux qui pourraient bénéficier de l’intégration de la n-acétyl-cystéine au quotidien. De manière résumée, je dirais que ceux qui en bénéficieraient le plus sont ceux qui sont exposés à un haut niveau de toxiques dans la vie quotidienne grâce à son action sur la détoxification hépatique (coiffeuses, agriculteurs classiques, dentistes, ceux qui ne mangent pas bio, ceux qui utilisent des produits corporels et ménagers commerciaux, etc. – apprenez-en plus sur la charge toxique dans mes articles sur le foie, la détox hépatique et les perturbateurs endocriniens). Les gens qui ont un haut niveau d’inflammation et de stress oxydatif en bénéficieraient aussi (toute pathologie chronique est souvent associée à ces deux problématiques – stress chronique, douleurs, maladies auto-immunes, dépression chronique, troubles neurodégénératifs, troubles cardiovasculaires, cancers, etc.). Les personnes souffrant de troubles respiratoires chroniques comme l’asthme, les bronchites ou sinusites chroniques pourraient aussi en bénéficier, sous accompagnement médical. Évidemment, si vous avez une pathologie spécifique et que vous suivez un traitement médical, consultez votre médecin ou pharmacien avant d’utiliser des produits naturels. 

Posologie

Pour la n-acétyl-cystéine, il est conseillé de prendre 600 mg, trois fois par jour (1 par repas). Commencer par 1 pour voir la tolérance digestive, puis augmenter à 2 après quelques jours, puis à 3 par jour pour un minimum de 3 mois afin de constater des résultats. La prise de NAC est souvent plus efficace à long terme et si l’on respecte le dosage. Il s’agit d’un supplément où la rigueur de la prise est de mise puisqu’un trop faible dosage à trop faible fréquence n’entraînera souvent pas de résultat.

Précautions et contre-indications

La n-acétyl-cystéine est généralement bien tolérée, même à haut dosage, sauf pour certaines personnes parvenant mal à la métaboliser (voir ci-bas). Cependant, il faut la prendre en mangeant pour éviter les inconforts digestifs (brûlement d’estomac, maux de cœur). Éviter en cas d’intolérance au soufre. Précaution en cas de grossesse, troubles de santé ou prise de médication. Certains médicaments comme les fluidifiants sanguins, les thérapies anti-cancer ou la nitroglycérine peuvent entrer en contre-indication. Toujours consulter votre médecin ou pharmacien avant d’intégrer un produit naturel si vous prenez des médicaments ou êtes suivi pour une pathologie importante.

Par ailleurs, chez certaines personnes, la prise de NAC semblerait augmenter l’histamine par un phénomène encore mal compris. Il semblerait que la NAC pourrait entraîner le relâchement d’histamine par certaines cellules. Il est donc conseillé d’user de prudence en cas d’intolérance à l’histamine connue et d’observer vos réactions face au supplément. Aussi, la NAC étant une molécule soufrée, elle doit être transformée en sulfate (forme active du soufre) par le foie en étant métabolisée. Cependant, l’étape intermédiaire dans la transformation du soufre en sulfate est la production naturelle de sulfites. Pour passer des sulfites au sulfate, il faut du molybdène et certaines personnes possédant un déficit enzymatique génétique ont de la difficulté à effectuer cette conversion, donc les sulfites peuvent demeurer bloqués à cette étape et générer des symptômes d’intolérance aux sulfites comme les démangeaisons et les rougeurs de la peau. Si cela survient, cesser la supplémentation.

Sources  :
14 Health Benefits of NAC (N-Acetylcysteine) - Dr. Jolene Brighten (drbrighten.com)
NAC for Thyroid Health - Dr. Izabella Wentz, Pharm D (thyroidpharmacist.com) 

Le contenu présenté sur le blogue de l’Armoire Épicerie Santé est exposé dans le seul but de fournir au lecteur de l’information. Même si L’Armoire Épicerie Santé a fait preuve de diligence dans la rédaction ou la sélection du contenu de manière à en assurer raisonnablement la qualité et l’exactitude, le contenu est présenté uniquement à des fins de culture personnelle et ne devrait pas servir à établir des diagnostics médicaux.

Le contenu ne doit pas être interprété comme un avis ou une recommandation concernant l’établissement d’un diagnostic. L’Armoire Épicerie Santé rappelle au lecteur l’importance de consulter un médecin lors de malaise ou de symptômes inhabituels. 

L’Armoire Épicerie Santé encourage le lecteur à se diriger vers un médecin afin que celui-ci puisse établir un diagnostic et recommander un traitement. L’Armoire Épicerie Santé met en garde le lecteur des dangers de toute interruption de traitement médical ou pharmaceutique qui se ferait d’une manière non-assistée d’un médecin, d’un pharmacien ou d’un autre professionnel de la santé. Rien, dans les articles de ce blogue, ne devrait pas être interprété comme constituant une incitation ou un encouragement à interrompre de tels traitements.

Présentation de l'auteure

Camille Poulin - Naturopathe diplômée de l'IESN (2015-2020). Passionnée de santé naturelle, je vous accompagne dans votre démarche vers une vitalité optimale via des rencontres individuelles personnalisées, des conférences variées et mon site web Mon Régal Végétal portant sur la naturopathie, la cuisine saine gourmande & les plantes médicinales!

Bien que ce site Web puisse être lié à d'autres sites Web, nous ne sommes impliqués, directement ou indirectement, dans aucune validation, association, parrainage, adhésion ou affiliation avec un site Web lié, sauf indication contraire dans la présente.

Vous devez lire attentivement les mentions légales et les autres conditions d'utilisation de tout site Web auquel vous accédez via un lien à partir de ce site Web. Votre lien vers d'autres pages hors site ou d'autres sites Web est à vos propres risques.


Le Site Web peut utiliser des cookies afin de personnaliser et de faciliter la navigation maximale de l'utilisateur sur ce site. L'Utilisateur peut configurer son navigateur pour être notifié et refuser l'installation des cookies que nous lui envoyons.

La N-Acétyl-Cystéine (NAC)
L'Armoire Épicerie Santé 25 avril, 2022
Partager ce poste
Archiver
Les omégas 3
Des essentiels pour la santé