Le pissenlit
Taraxacum officinalis

Le pissenlit 

Famille : Astéracées

Description

De la famille des astéracées. Vivace considérée par plusieurs comme une mauvaise herbe. Jusqu'à 12 pouces de haut, le pissenlit a une double racine : un rhizome et une grosse racine pivotante brun-noir. Ses feuilles sont en rosettes et il fleurit d'avril à novembre, des fleurs d'un jaune très vif. Le pissenlit entier a une senteur amère et musquée, mais l'odeur de la fleur est beaucoup plus subtile. Les parties aériennes ont un goût amer et astringent.

Parties utilisées

Toutes les parties de la plante peuvent être utilisées.

Origine, histoire

Plante originaire de la Grèce, le pissenlit s’est naturalisé très rapidement. Elle se rencontre dans toutes les zones tempérées du monde et prospère dans tous les sols riches en azote jusqu’à une altitude de 2000 mètres.

Pendant la guerre (1939-1945) les Russes utilisaient le latex de la plante pour en extraire du caoutchouc.

Usages traditionnels

Le pissenlit a une longue histoire de remède pour le traitement des troubles hépatobiliaires dans plusieurs pharmacopées à travers le monde. Au Moyen Âge, on l’utilisait principalement pour ses propriétés diurétiques. Ce n’est qu’à la suite de l’intervention des herboristes arabes au 12e siècle qu’on a commencé à connaître le pissenlit pour ses vertus digestives et hépatiques.

Propriétés et usages reconnus

Plante cholagogue, cholérétique, hépatique, stomachique, tonique amer, apéritive, dépurative, antirhumatismale, anti-inflammatoire, diurétique, hypoglycémiante et légèrement laxative. Le pissenlit est une plante de mouvement qui fait circuler vers l’extérieur. Souvent utilisé, comme base de traitement pour relancer le mouvement digestif et enclencher le processus de guérison par son travail de détoxification en profondeur, le pissenlit travaille toute en douceur.

  • Il réunit les deux actions nécessaires pour être catégorisées comme un vrai cholagogue, c'est-à-dire qu'il stimule la production de bile (cholérétique) et aide à son évacuation (cholagogue).  Excellent pour nettoyer le foie tout en supportant les reins, il a aussi une action sur le pancréas, la rate et les glandes surrénales. 

  • Le pissenlit travaille principalement sur les systèmes digestif et urinaire en favorisant l’élimination des toxines, de l’acide urique, du cholestérol. Il accroît l'efficacité du foie et aide l’élimination des déchets par l’urine, il est un nettoyeur sanguin ainsi qu'un diurétique et laxatif léger. Il favorise la diminution de l’inflammation et des dépôts, ce qui redonne de la mobilité aux articulations.

  • Le pissenlit est un diurétique équilibré qui peut être utilisé en toute sécurité même dans les cas de rétention d'eau dus aux problèmes cardiaques. Sa forte teneur en potassium contrebalance son action diurétique contrairement aux diurétiques chimiques qui provoquent des baisses de potassium. S'il y a un problème d'hypertension, l'action diurétique du pissenlit ainsi que sa haute teneur en minéraux, aiderait à libérer l'œdème cellulaire. Donc, automatiquement il y aura un redressement au niveau de la pression surtout à cause du potassium et du sodium, qui aide à normaliser le rythme cardiaque et à équilibrer l’hydratation du corps.

  • Le pissenlit, surtout les feuilles, mais aussi la racine, contient du phosphate de fer, un fer bien assimilé par l'organisme.  Il aide aussi à reconstruire le sang et est donc utile dans les cas d'anémie.  Ces sels minéraux réduisent les excès d'acide dans le sang et la circulation sanguine est améliorée, rendant le pissenlit bénéfique dans les cas de jambes lourdes, varices et hémorroïdes.

  • Le pissenlit aiderait à prévenir les changements brusques dans le taux de glucose. Ce n’est pas un hypoglycémiant direct, mais un tonique et un régulateur grâce à sa richesse en inuline. Le pissenlit serait utile aussi bien dans les cas de diabète que d'hypoglycémie. 

  • L’inuline, un composée de chaînes de fructose qui agit comme tampon réduisant l’absorption du glucose par les intestins, régularise le niveau de glucose dans le sang et nourrit la flore intestinale. La richesse en inuline de la racine de pissenlit passe de 2% dans les racines récoltées au printemps à 40% dans celles récoltées en automne.

Précautions, interactions ou complémentarités

Attention si présence d’hypersensibilité aux plantes de la famille des astéracées.

Ne pas utiliser en cas d’obstruction des voies biliaires.

À utiliser avec prudence quand il y a prise de médicament pour le diabète (insuline ou médicaments oraux), car il peut intensifier la baisse de sucre dans le sang. Il peut aussi potentialiser l'effet des diurétiques si pris en grandes quantités.

Formes et préparations

La tisane de racine est définitivement amère. Il est plus facile d’utiliser la teinture. Prendre 10 à 15 gouttes, 1 à 2 fois par jour.

Culture, récolte et préservation

Parce qu’on la retrouve partout et en grande quantité, et parce que sa culture au jardin serait envahissante, vaut mieux en faire une cueillette sauvage. Choisissez un site propre, loin des routes achalandées ni dans les champs en pâturage. Bien sûr, si vous convoitez une pelouse pour votre récolte, assurez-vous qu’elle n’a pas été arrosée avec des herbicides.

On récolte les jeunes feuilles au printemps avant la floraison pour ne pas développer d’amertume. La racine se récolte à l’automne, moment où sa richesse en inuline et à son maximum. Faire attention à la récolte, une racine brisée développe un goût amer rapidement ; idéalement la racine devrait être entière. Faire sécher à une température entre 30º et 35°C.

Autres utilisations : 

Culinaires : Les jeunes feuilles printanières sont consommées en salade ou sautées au beurre. Elles contiennent environ 6 fois plus de vitamine A que la carotte et autant de vitamine C que le citron ! Sa racine peut être torréfiée pour en faire un succédané du café ou encore apprêtée comme un légume racine (salsifis, panais). Les fleurs entrent dans la préparation du fameux vin de pissenlit ou servent à la confection d’un sirop au goût de miel et de mélasse. Les jeunes bourgeons se préparent en marinade comme les câpres.

Cosmétiques : Les feuilles de pissenlit peuvent être utilisées en bain de vapeur pour un soin du visage doux, mais qui nettoie en profondeur.

Au jardin : Le pissenlit améliore la structure du sol et régularise la croissance des plantes.


SIROP DE PISSENLIT

(Recette de Maria Trében)

     2 mains jointes de fleurs de pissenlit

     1 litre d’eau froide

Dans une casserole, amener doucement à ébullition. Laisser bouillir quelques minutes et retirer du feu. 

Laisser macérer une nuit. Le lendemain, passé dans une passoire en pressant les fleurs pour extraire le jus.

Mettre dans une casserole et ajouter :

     1 kg de sucre roux

     ½ citron en rondelles

Mettre à feu doux sans couvert pour que le liquide épaississe sans bouillir. Vérifier la viscosité en refroidissant une petite portion. Ne pas faire trop épaissir sinon le sirop cristallisera.

Conserver dans des pots de verre.


PÂTÉ AUX PISSENLITS

(Recette de Monique Lortie)

 1 oignon haché

1 branche de céleri haché

1 tasse de fleurs de pissenlit hachées, séparées de leur pédoncule

1 ½ tasse de pain émietté

2 c. à soupe de farine de riz

2 c. à soupe d’huile d’olive

1 c. à thé de Tamari

¼ tasse de lait

Sauge, sel et ail au goût

Faire revenir l’oignon et le céleri. Mélanger tous les ingrédients et verser dans un moule à pain. 

Cuire à 350F, environ 45 minutes.

Utiliser pour tartiner le pain.

Le contenu présenté sur le blogue de l’Armoire Épicerie Santé est exposé dans le seul but de fournir au lecteur de l’information. Même si L’Armoire Épicerie Santé a fait preuve de diligence dans la rédaction ou la sélection du contenu de manière à en assurer raisonnablement la qualité et l’exactitude, le contenu est présenté uniquement à des fins de culture personnelle et ne devrait pas servir à établir des diagnostics médicaux.

Le contenu ne doit pas être interprété comme un avis ou une recommandation concernant l’établissement d’un diagnostic. L’Armoire Épicerie Santé rappelle au lecteur l’importance de consulter un médecin lors de malaise ou de symptômes inhabituels. 

L’Armoire Épicerie Santé encourage le lecteur à se diriger vers un médecin afin que celui-ci puisse établir un diagnostic et recommander un traitement. L’Armoire Épicerie Santé met en garde le lecteur des dangers de toute interruption de traitement médical ou pharmaceutique qui se ferait d’une manière non-assistée d’un médecin, d’un pharmacien ou d’un autre professionnel de la santé. Rien, dans les articles de ce blogue, ne devrait pas être interprété comme constituant une incitation ou un encouragement à interrompre de tels traitements.

Présentation de l'auteure

Nataly M. Ferland - Naturopathe, herboriste, massothérapeute et co-propriétaire de L’Armoire Épicerie Santé. Comptant plus de 25 ans de pratique en magasin et en bureau privé, Nataly poursuit son perfectionnement comme herboriste thérapeute accrédité.

Bien que ce site Web puisse être lié à d'autres sites Web, nous ne sommes impliqués, directement ou indirectement, dans aucune validation, association, parrainage, adhésion ou affiliation avec un site Web lié, sauf indication contraire dans la présente.

Vous devez lire attentivement les mentions légales et les autres conditions d'utilisation de tout site Web auquel vous accédez via un lien à partir de ce site Web. Votre lien vers d'autres pages hors site ou d'autres sites Web est à vos propres risques.


Le Site Web peut utiliser des cookies afin de personnaliser et de faciliter la navigation maximale de l'utilisateur sur ce site. L'Utilisateur peut configurer son navigateur pour être notifié et refuser l'installation des cookies que nous lui envoyons.

Le pissenlit
L'Armoire Épicerie Santé 1 mai, 2022
Partager ce poste
Archiver
Le chardon-Marie
Silybum marianum